Les types de stage et leur valorisation dans le parcours de l'étudiant

Cette politique permet désormais de valoriser ces stages au sein du parcours de l'étudiant et ce à plusieurs niveaux :

  1. Au semestre 2 du niveau Master 1ère année, le stage donnera lieu à l'obtention de 6 crédits dans l'unité 5 si l'étudiant a fait le choix d'un stage professionnel. Ce stage est d'une durée de trois semaines au minimum (pas nécessairement consécutives, possibilité d'un ou deux jours par semaine par exemple). Trois semaines correspondent à 3 fois 5 jours ouvrés soit 15 jours ouvrés au total. Son objectif est la production juridique, il conviendra que l'étudiant dans la mesure du possible remplisse véritablement des tâches concrètes. Ce stage réalisé sous la direction d'un maître de stage a pour finalité une mise en situation de l'étudiant dans un secteur professionnel qui pourrait être le sien par la suite. Les structures pouvant accueillir des stagiaires sont très variées. Il est conseillé toutefois qu'il y ait une adéquation du stage avec la mention de Master 1 choisie. Les possibilités sont très diverses au sein d'une même mention tant les professions juridiques et judiciaires sont nombreuses. Peu importe une fois encore la structure juridique qui accueille le stagiaire. L'étudiant prendra cependant soin préalablement au stage de vérifier auprès du professionnel quelles sont les missions et les tâches qu'il entend lui confier. Celles-ci sont nécessaires en effet à l'évaluation pédagogique du stage en préalable à son exécution.
  2. Au niveau Master 2, le stage donnera lieu à validation. Sa durée et le nombre de crédits affectés dépendent du règlement d'examen concerné. Il s'agit ici d'un stage de mission dont le but est la professionnalisation de l'étudiant. Le directeur de la formation pourra alors fixer les critères pour ce stage et sa validation.